DarfWeb

Technomancien

Voici un texte qui fait partie de mon univers, mais l'époque est complètement différente. L'action se passe bien avant la lente agonie du soleil qui pousse les personnages de mon histoire à construire une arche de Noé interstellaire. Je développerais peut être cette période plus tard, mais ce ne sera sans doute pas pour tout de suite. En attendant, enjoy...

Et maintenant en vesion audio!

Ludovic était debout au milieu de la salle de test. Une salle vide, blanche. La lumière était vive et enveloppante, ne laissant apparaître aucune ombre. Il n'avait absolument aucun repère visuel. Il n'y avait aucun son non plus, à part ceux de son propre corps. C'était comme s'il se tenait au milieu d'une sorte de néant lumineux. La température parfaitement contrôlée avait été réglée pour son confort personnel. Au dehors de la salle, cachés par des vitres polarisées, blanches de l'intérieur, toutes sortes de scientifiques l'observaient. Des bio-ingénieurs, des nano-technologues, des chercheurs en informatique... Ludovic avait l'habitude de ces tests à présent. Cela faisait cinq ans qu'il servait de cobaye pour le projet ``Simmons''.

``Vous êtes prêt monsieur Lebihan?''

La voix du professeur Veron arrivait à Ludovic par le plafond de la salle.

``Je suis prêt.'' répondit-il simplement.

``Alors c'est quand vous voudrez.''

Ludovic se concentra alors. Il leva une main, plus par habitude que par nécessité, et produisit une boule de feu dans le prolongement de son bras. Elle mesurait à peu près dix centimètres de rayon. Ludovic avait mis plusieurs mois pour la maîtriser, mais c'était maintenant devenu aussi facile que de tenir sur un vélo. Il maintint la boule en suspension en l'air pendant quelques instants, fasciné par la sphère bleue, puis il la propulsa à travers la salle. La sphère explosa violemment au contact du mur, emplissant brièvement la salle entière de flammes terribles. Le bouclier magnétique de Ludovic le protégea de la chaleur suffisamment longtemps pour que le système d'aération rétablisse la température. Il y avait une nette amélioration depuis la dernière fois : pas besoin de soigner des brûlures au second degré.

La suite de l'exercice était moins dangereuse. Il se concentra à nouveau, et l'obscurité se fit dans la salle de test. Puis la lune apparut, suivie d'étoiles. Il créa ensuite une boule de lumière, qui découpa son ombre jusqu'aux murs. Il matérialisa enfin une rivière, et un pont. Ces derniers n'étaient pas que des illusions : Ludovic aurait pu se baigner dans le cours d'eau ou le traverser en marchant sur l'édifice de bois qui le chevauchait.

``Aucun signe de faiblesse. C'est très impressionnant.''

Le professeur Veron était visiblement très satisfait du déroulement de l'exercice.

``Il maintient trois illusions en même temps et est encore capable de créer un cours d'eau artificiel, qui sort du néant et qui y retourne!''

``Impressionnant, c'est bien le mot. Je vous félicite, Professeur. Vous et votre équipe avez fait un travail remarquable!''

``Et ce n'est pas terminé, Général.'' Le professeur se tourna vers le communicateur :

``Monsieur Lebihan, passez au test ``Einsenberg'' s'il vous plaît.''

``Entendu.'' répondit Ludovic.

L'obscurité disparut, avec les étoiles, la lune et la boule de lumière. Il assécha également le cours d'eau et dématérialisa le pont. Puis il fit s'arrêter le temps. Il se déplaça à un bout de la salle et laissa le temps s'écouler à nouveau.

``Téléportation?'' demanda le général.

``Non, manipulation temporelle. Vu de l'extérieur, ça ne change pas grand chose, mais son utilisation est différente. L'avantage ici est qu'on ne risque aucune erreur de calcul qui pourrait avoir des effets regrettables si la téléportation aboutit dans un corps solide.''

``Mais il ne peut pas sortir d'une pièce fermée?''

``Exactement, du moins si ses murs sont suffisamment épais. La salle fait aussi partie du test : Elle est conçue pour contenir toutes les attaques que peut produire le sujet grâce à nos nanomachines. Et bien sûr elle ne s'effondrera pas à cause d'un ou deux coups de poings, plaisanta Veron. Pour tout vous dire elle peut résister au crash d'un avion cargo.''

``Pourquoi une telle structure?'' demanda le militaire, faisant volontairement preuve d'un manque flagrant d'imagination.

``Essentiellement par principe de précaution. Mais nous avons aussi un programme d'amélioration des performances physiques.''

``Intéressant, approuva le général. Je voudrais revenir sur les illusions : Votre homme peut-il en produire de plus élaborées?''

``Bien entendu! Monsieur Lebihan, faites nous profiter de vos talents de metteur en scène s'il vous plaît.''

``Bien Professeur.''

Ludovic fit apparaître une image de Veron et de lui-même face à face au milieu de la pièce.

``Merci pour ce bon travail Monsieur Lebihan, vous méritez une prime.'' dit le clone du scientifique.

``Merci Professeur, c'est un plaisir de travailler avec vous!'' répondit le jumeau de Ludovic.

Un rire parcourut l'assistance derrière les vitres invisibles de la salle de test.

``C'est formidable! Que peuvent encore faire vos machines?'' demanda le général enthousiaste.

``Et bien, notre homme pourrait nous entendre s'il n'était entouré que de simples murs. Un brouillage spécial a été mis en place par besoin de confidentialité.''

``Bien sûr, bien sûr...''

``Il est également capable de se soigner ou de soigner quelqu'un d'autre à une distance de dix mètres...''

La discussion continua encore quelques minutes, de compliments en léchage de bottes, en passant par l'étalage des capacités théoriques des nano-machines du projet ``Simmons''.

Le militaire satisfait quitta ensuite la salle de contrôle. Ludovic n'était pas censé connaître l'existence de ce personnage. Il avait continué son exercice jusqu'à ce qu'on prenne la peine de lui dire d'arrêter. Il ne voulait pas prendre le risque d'être découvert : depuis plusieurs mois, il mentait sur les véritables capacités de ses nanomachines. Il avait parfaitement suivis ce qui s'était déroulé dans la salle de contrôle. Non qu'il soit vraiment gêné par l'implication de l'armée dans le programme de recherche. C'était plutôt une aubaine pour lui car cela voulait dire que le programme allait continuer... et peut être même s'intensifier! Son pouvoir allait donc croître encore. La seule question qui demeurait sans réponse était ce qu'il allait en faire...